LES HISTOIRES DE CHARLOT

 

 

1 - CHARLOT APPREND LA GEOGRAPHIE

 

Charlot part pour son cours de géographie. Il rencontre son camarade qui lui dit : «Tu as appris ta leçon?»

- Non, j'ai pas pu, je l'ai lue une seule fois.

- Alors tu dois un peu la savoir?

- Oui, un peu, je vais essayer de te la dire.

Il réfléchit un bon moment et dit :

- En Afrique, les Africains coupent les oreilles des cochons et leur font des noeuds aux pattes. Les poules n'ont pas de crête et elles ont des dents.

- Mais non, c'est pas ça.

Et ils continuent à marcher ensemble, ils rentrent à l'école.

La cloche sonne. Ils se mettent en rang. Montent les escaliers. Tout le monde s'assied.

- Croisez les bras, et Charlot dis-moi ta leçon comme tous les autres vont me dire après, dit le maître.

- Oui M'sieur. Les Africains...

- Non, en Afrique, dit le maître.

- En Afrique, les Africains coupent les oreilles des cochons et leur font des noeuds aux pattes. Les poules n'ont pas de crête mais elles ont des dents.

- Non. C'est tout faux. Allez. Zéro.

 

Les élèves passent leur leçon. Charlot était puni dans le couloir et récitait sa leçon comme il l'avait dite au maître.

La récréation sonne. Le maître dit à Charlot de rentrer. Ils descendent tous. Dans la cour. Charlot va aussitôt à son camarade qui était avec lui quand il est entré en classe. Et lui dit :

- Pourquoi tu m'as soufflé. Tu m'as fait tout embrouiller.

- Mais pourquoi tu n'es pas content? Je voulais t'aider!

- Je n'avais pas besoin d'aide, dit Charlot.

- Eh bè, puisque tu n'as pas besoin d'aide, on va te cabosser la figure.

Comme il y avait une cantine, Charlot alla se réfugier. Il croyait qu'il y avait la cantinière. mais il ne la trouva pas. Il avait beau courir dans tous les coins, elle n'était nulle part. Charlot dit :

- Dix contre un, vous attaquez en traitre, moi je suis seul.

Charlot qui était fort monta sur le radiateur, sauta sur eux, donna un coup de point, prit la marmite, l'envoya sur un adversaire. Il en avait déjà mit K.O. cinq. Il en restait plus que cins. Charlot prit les assiettes et encore trois qui étaient parterre. Après il en restait plus que deux. Il prit une autre assiette et donna un coup de poing d'abord à son adversaire. Puis il envoya son assiette. Il gardait le chef de la bande pour la fin. Il était toujours sur le radiateur quand il prit une autre marmite et l'envoya sur la tête du chef. Il tomba juste à côté d'une casserole. Charlot cria : «Je les ai vaincus. je les ai mis à mort.»

Il s'embroncha au chef de la bande et tomba la tête dans la casserole. Ils étaient tous évanouis quand la cantinière sortit du cabinet. Elle avait tout entendu. Et tout vu par la serrure. Dans la cour on se demandait où étaient passés Charlot et tous les autres. La cantinière arriva. Charlot, qui était la tête dans la casserole, l'enleva et partit. Il goûta les pâtes et partit à la recherche de la cantinière. Elle avait marché dans l'eau. Alors, il suivait ses traces. Il alla dans la cour et entendit la conversation du Directeur et tous les autres maîtres avec la cantinière. Le Directeur dit :

- Vous n'avez pas vu Charlot et ses amis?

Charlot, pendant ce temps se faufilait près d'un tronc d'arbre et se cachait comme si quand, on le cherchait, il était caché. Alors ce tronc était près du Directeur avec la cantinière, qui dit :

- Oui, je les ai vus, ils étaient tous évanouis devant la porte. Un avait la casserole sur la tête et un, la marmite.

 

(sic)

Février 1958

©Serge Valletti

 

Retour page précédente / Retour à la page principale / Retour au début de cette page