CONTRE BAUMOL!

 

Le spectacle vivant ne va pas très bien!

- Baumol!

Les spectateurs sont moins nombreux!

- Baumol!

C'est de plus en plus cher!

- Baumol!

La critique ne fait plus son travail!

- Baumol!

On paye des acteurs des prix exorbitants!

- Baumol!

Il n'y a plus d'auteur de théâtre!

- Baumol, vous dis-je!

Ils n'ont que ce mot-là à la bouche! Baumol, Baumol, Baumol!

Une grève dans la cantine de la Comédie Française? Baumol!

Une première retardée par les embouteillages?

Baumol!

La disparition des trous des souffleurs?

Baumol!

Dites, s'il vous plaît? On pourrait peut-être parler d'autre chose?

- Non, Baumol, Baumol Baumol!

On les voit errer dans les rues en se prenant la tête... Baumol! Baumol! Baumol!

Et si jamais, par là, dans un coin, une petite voix s'élève pour demander avec un petit filet de voix: «Mais qui est-ce Baumol?»

- Te, te, te, te, te, teu, teu, teu...! Baumol, c'est Baumol!

C'est trop compliqué à expliquer, vous ne pouvez pas comprendre!

C'est pas un truc pour les littéraires. Vous comprenez, dans le Théâtre, ce qui ne va pas, je vais vous dire, c'est qu'il y a un peu trop de littéraires, alors forcément, les littéraires, pour leur expliquer, la loi de Baumol! Ça prend un temps... C'est ça qui ne va pas! Parce que la loi de Baumol! C'est de l'airain! C'est une loi d'airain! On n'y peut rien, c'est comme ça!

Dans le Théâtre il y a avant Baumol et après Baumol!

Avant Baumol, on ne comprenait pas ce qui ne marchait pas! Maintenant grâce à Baumol, on comprend ce qui ne va pas dans le Théâtre! Enfin, on comprend! On comprend! C'est-à-dire que ceux qui comprennent Baumol, comprennent! Ceux qui ne comprennent pas, ne comprendront jamais! Ce sont des littéraires, des rêveurs, ce qu'ils aiment c'est la poésie, les fleurs des champs, les oiseaux! Tandis que ceux qui comprennent, ce sont des gens qui ont été formés pour comprendre, ce ne sont pas des acteurs, ce ne sont pas des artistes, ce sont des organisateurs... ce sont des gestionnaires... rien à voir avec le Théâtre! Enfin si, un peu avoir, mais quand même, c'est différent, vous pouvez pas comprendre.

Je vais vous dire, la loi de Baumol, pour expliquer, en gros, parce que c'est pas facile, c'est une loi, qui démontre, mais vraiment par a plus b, hein! C'est imparable! Ça démontre, que c'est fini! Tout! Tout ce qui est un peu vivant dans le spectacle... inéluctablement, c'est fini, ça ne sert à rien. Hé! attention, c'est démontré...

C'est-à-dire qu'on ne peut pas en discuter...

C'est de l'inéluctable!

C'est Baumol!

Alors en quoi ça consiste? En gros... voilà, l'idée, l'astuce... un matin Baumol, on ne sait pas à quoi il ressemble, petit, grand, gros, maigre, il n'existe pas de photo de Baumol, simplement, sa loi! Qui nous régit! C'est simple...

Comme, (il faut bien suivre) comme, par exemple... Si vous voulez faire du théâtre, il faut des acteurs, eh bien, l'idée, c'est qu'il faut payer les acteurs, mais, voilà où est le hic, les acteurs, il faut les payer de plus en plus cher! Puisque la vie augmente, d'une manière générale! Donc, ces acteurs, et puis aussi, tous les autres qui s'occupent que les acteurs fassent leur métier d'acteur, eh bien, tous les autres, aussi, il faut les payer, et ce qui est insensé dans l'histoire c'est que par exemple, aujourd'hui en 1993, eh bien il faut les payer beaucoup plus qu'en 1893, par exemple. Eh bien c'est ça qui ne va pas! Parce qu'il faut bien se rendre compte que «structurellement» il n'y a aucune différence entre une pièce de Théâtre représentée en 1893 et une d'aujourd'hui! Voilà le truc!

Comment est-il acceptable d'augmenter des gens qui font exactement la même chose à un siècle d'intervalle?

Pendant ce temps, en un siècle, les choses ont considérablement changé, et voilà des gens qui font toujours la même chose. Ça ne va pas!

C'était en gros, l'idée en gros!

Autre idée, importante et considérable finalement surtout par sa justesse d'observation. Le Théâtre n'est pas re-pro-duc-ti-ble!

C'est-à-dire, qu'il a fallu attendre Baumol pour observer cette chose que personne n'avait jamais noté: Un acteur de Théâtre ne peut jouer qu'une pièce à la fois et dans un seul endroit en même temps!

Avant Baumol, on ne le savait pas!

Alors, si on articule les deux idées ensemble, ça donne:

«Passe encore qu'on les augmente, les acteurs, mais au moins qu'ils fassent quelque chose qu'on puisse voir ailleurs que dans une seule salle et une seule fois par jour.»

Sinon, voilà ce que nous dit Baumol, nous courrons à la catastrophe!

Alors arrivé à ce stade de l'explication il faut faire une petite pause et réfléchir. Il faut se prendre la tête entre les mains, et courir dans la rue pour avertir tout le monde que c'est fini, le Théâtre c'est fini! Il n'y en aura plus... Ça revient trop cher!

A la rigueur, ce qu'on peut faire c'est, à la limite, des reconstitutions historiques avec des villageois qui coudraient eux-mêmes leurs costumes. Et puis d'une année sur l'autre, ils s'en resserviraient, ça ferait des économies...  Et puis par exemple, ce qu'on pourrait faire, c'est que le curé dans la reconstitution historique il fasse le rôle du curé, comme ça, on ferait des économies! Et puis le boucher du village il pourrait faire le rôle du bourreau, avec son hachoir, ça ferait des économies!

Et puis on ferait une belle plaquette en papier glacé pour expliquer que ce sont des acteurs bénévoles qui nous font une reconstitution historique pour expliquer comment c'était au temps des croisades, et tout ça! Et que c'est eux qui ont fait eux-mêmes leurs costumes, et que c'est le vrai curé qui joue le faux curé! Et puis on ferait payer les spectateurs pour rembourser le prix de la plaquette parce que tout de même, ça coûte cher les plaquettes en papier glacé, mais ce qui est bien c'est que tout de même ça vaut beaucoup moins cher que si on l'avait faite faire il y a un siècle! Donc c'est mieux!

Stop!

Arrêtons!

Cassons l'airain de la loi de cet imbécile de Baumol!

Brûlons tous les programmes en papier glacé!

Et continuons à faire du Théâtre!

 

 

©Serge Valletti - Octobre 1993

 

Retour page précédente / Retour à la page principale / Retour au début de cette page / Page suivante