CARTON PLEIN

Dans une maison du sud de la France, deux hommes vivent ensemble.

 

NATHANAEL MEREDICK en pyjama.

Tu as fait la soute?

NICOLAS DEL MONICO en smoking.

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Et le reste?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Toute la soute?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

C'est vrai?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

En entier?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

C'est sûr?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Tu l'as faite?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

C'était bien fait?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Tu l'as bien faite?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Alors ça va?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Tu l'as bien faite?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

En entier? Entièrement? Je veux dire, le fond, en entier?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Et la petite échancrure là, du fond...? Tu l'as faite aussi?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Derrière?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

C'est bien!

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

C'est surtout derrière... Ça devait être sale!

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Enfin c'est fait : c'est fait. C'est le principal!

NICOLAS DEL MONICO

Vouais, pardi!

NATHANAEL MEREDICK

Vouais, vouais, vouais... Bien derrière... Là, tac! Vouais, vouais, vouais, c'est bien... C'est bien...!

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Et le mastic? Il a apporté le mastic?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Où qu'il est?

NICOLAS DEL MONICO (montrant un petit paquet entouré de papier journal)

Là!

NATHANAEL MEREDICK

Ah! C'est bien. C'est tout ce qu'il a apporté? Il n'a pas apporté plus?

NICOLAS DEL MONICO

Ben non! C'est là!

NATHANAEL MEREDICK

Vouais. Il t'a dit pourquoi il n'a pas apporté plus?

NICOLAS DEL MONICO

Bah! Qu'est ce qu'on sait nous? Il l'a posé là et il a dit: «Voilà le Mastic!»... C'est pas ça?

NATHANAEL MEREDICK

Vouais, parce que maintenant si c'est bien tout nettoyé, mastic, il en manque du coup...

NICOLAS DEL MONICO

Vouais! Mastic, il l'a posé là. «Il est là, le mastic!» il a dit...! Qu'est-ce que je pouvais lui répondre à ça? L'autre! Mets-toi à ma place! Un peu! Mais toi, tu dormais!

NATHANAEL MEREDICK

Qu'il y en avait pas beaucoup!

NICOLAS DEL MONICO

Mais pas toi! Moi, à ma place... je n'en savais rien pour cet instant-là...!

NATHANAEL MEREDICK

Enfin ça ira quand même, un peu.

NICOLAS DEL MONICO

Sinon il en rapportera!

NATHANAEL MEREDICK

C'est ce que tu lui as dit?

NICOLAS DEL MONICO

Non, on verra bien.

NATHANAEL MEREDICK

A ce rythme, alors... A ce rythme... Tu parles...!

NICOLAS DEL MONICO

On aura bien fini à l'instant que ce sera, j'ai pensé...

NATHANAEL MEREDICK

C'est sûr.

NICOLAS DEL MONICO

Et Nelto, il est arrivé?

NATHANAEL MEREDICK

Quatrième dans la deuxième...

NICOLAS DEL MONICO

Je l'aurais parié.

NATHANAEL MEREDICK

Malheureusement on ne peut pas parier sur le quatrième, on ne peut parier que sur les trois premiers... Ils sont malins!

NICOLAS DEL MONICO

Pas fous! Con de Nelto!

NATHANAEL MEREDICK

Sûr! Donc la soute est bien nette?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Un coup de mastic et hop! Ça peut tenir encore cinquante ans...!

NICOLAS DEL MONICO

Vouais. Con de jockey à Nelto!

NATHANAEL MEREDICK

Sûr. Bon, tu vas te laver les mains à l'instant s'il te plaît!

NICOLAS DEL MONICO

C'est déjà fait.

NATHANAEL MEREDICK

Fais les voir! Les deux!

NICOLAS DEL MONICO

Les deux!

NATHANAEL MEREDICK

Ça va. Change la compresse... Fais doucement. Fais doucement... Fais doucement... Fais la doucement, merde!

NICOLAS DEL MONICO

Je peux pas plus doucement, j'ai rien touché du tout!

NATHANAEL MEREDICK

Et bien c'est comme ça... Doucement...!

NICOLAS DEL MONICO

J'avais rien touché encore.

NATHANAEL MEREDICK

Et bien tant pis. Fais comme ça!

NICOLAS DEL MONICO

Faut que je touche un peu, vouais?

NATHANAEL MEREDICK

Doucement, tu touches doucement.

NICOLAS DEL MONICO

Faut bien défaire l'épingle tout de même.

NATHANAEL MEREDICK

Doucement, tu la défais doucement... l'épingle. Il va me la fourrer dans la cornée, je le vois d'ici.

NICOLAS DEL MONICO

Je ne fais pas de gestes brusques.

NATHANAEL MEREDICK

Doucement. C'est propre dessous?

NICOLAS DEL MONICO

Je la pose où?

NATHANAEL MEREDICK

Donne, donne-la, va. Ah! là... Il va la fourrer dans l'oeil!

NICOLAS DEL MONICO

Tiens.

NATHANAEL MEREDICK

Doucement là, pose-la là... Merde. Pas du côté qui «pisque»!

NICOLAS DEL MONICO

Douillet!

NATHANAEL MEREDICK

Vouais! Douillet, il me «pisque» avec l'épingle presque et c'est moi le douillet... Con de Nelto! C'est propre dessous?

NICOLAS DEL MONICO

Moi je dis qu'il n'y a plus rien depuis deux mois. C'est propre!

NATHANAEL MEREDICK

Y'a rien, y'a rien! Et que j'ai mal, tu le sais, qu'il n'y a rien? Dégueulasse!

NICOLAS DEL MONICO

Demande pas si c'est propre alors!

NATHANAEL MEREDICK

On ne peut pas être aidé. Jamais. C'est pour ça que j'ai mal, principalement pour cette raison. On ne peut pas être aidé quand on a mal, c'est le cercle vicieux... Tu sais...?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais.

NATHANAEL MEREDICK

Change la compresse, si c'est propre remets... Doucement.

NICOLAS DEL MONICO

Y'a rien, alors!

NATHANAEL MEREDICK

C'est sûr que si ça se ré-ouvre qui est-ce qui va trinquer? Pour le protéger la compresse, et c'est tout. Si c'est propre c'est le principal...

NICOLAS DEL MONICO

Nettoyage de soute, oui...!

NATHANAEL MEREDICK

Qu'est-ce que tu dis?

NICOLAS DEL MONICO

Rien, j'ai rien dit...!

NATHANAEL MEREDICK

Il parle de soute... Tu parles!

NICOLAS DEL MONICO

Vouais... Ça y est? C'est fini...

NATHANAEL MEREDICK

Tu as remis l'épingle?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais...

NATHANAEL MEREDICK

Tu as remis l'épingle?

NICOLAS DEL MONICO

Vouais, je te dis...!

NATHANAEL MEREDICK

Et qu'est-ce que j'ai dans la main?

NICOLAS DEL MONICO

Oh! L'épingle... Merde, je l'avais pas remise...

NATHANAEL MEREDICK

Et pourquoi tu dis que tu l'as mise quand je te demande... Pourquoi tu mens?

NICOLAS DEL MONICO

Mais j'ai pas menti...

NATHANAEL MEREDICK

Et tu nies, en plus tu nies.

NICOLAS DEL MONICO

Mais j'ai pas menti. Je croyais, je me suis trompé...

NATHANAEL MEREDICK

Tu me prends pour quoi? Remets-moi cette épingle à sa place... à nourrice... et doucement.

NICOLAS DEL MONICO

J'avais pas menti, je croyais.

NATHANAEL MEREDICK

A quoi ça sert de mentir pareillement, mais je me demande un peu à quoi ça sert. On a le nez sur la vérité et on ment comme une évidence, il se ferait tuer plutôt que de dire qu'il a menti, c'est un comble quand même, d'être à ce point stupide...

NICOLAS DEL MONICO

Je croyais...

NATHANAEL MEREDICK

Ce qu'on peut être insignifiant... des fois!

NICOLAS DEL MONICO

Pas ma faute.

NATHANAEL MEREDICK

Et c'est la mienne peut-être? C'est comme l'autre jour pour le type dans la rue...

NICOLAS DEL MONICO

Ah! ben il était avec elle, il était, c'est sûr... Tout le monde l'a vu... Ça c'est sûr!

NATHANAEL MEREDICK

Et moi je te dis qu'il n'y était pas... Tu as cru... que c'était quelqu'un qui me ressemblait, mais ça ne pouvait pas être moi, puisque juste un peu plus tôt on m'a vu à la consigne automatique de la gare mettre le paquet pour Solange et lui donner la clé.

NICOLAS DEL MONICO

Ah! Pardon... Y a le temps du parcours qui a été chronométré, tu oublies ça!

NATHANAEL MEREDICK

Et il n'y en aurait pas deux dans la région qui pourraient avoir des pansements sur la tête? Ça serait pas possible d'après toi?

NICOLAS DEL MONICO

Y a pas que moi... qu'on t'a bien vu... Tu as beau nier...

NATHANAEL MEREDICK

Qui est-ce qui a parlé de ça, d'abord?

NICOLAS DEL MONICO

C'est toi...

NATHANAEL MEREDICK

C'était pour te montrer qu'on peut se tromper et mentir à la fois, c'était un exemple... Tu préféres peut-être que je parle de pourquoi j'ai porté un paquet à Solange et qu'est-ce qu'il y avait dans le paquet et le reste?

NICOLAS DEL MONICO

Et à quoi ça t'avancerait de me faire souffrir?

NATHANAEL MEREDICK

Pour te décongestionner le cervelet... Ça avancerait un peu tes ambitions... Qu'est-ce qu'il y avait dans le paquet? Tu veux que je le dise?

NATHANAEL MEREDICK

Qu'elle va faire une sacrée tête en ouvrant Solange...!

NICOLAS DEL MONICO

C'est vrai que c'est possible qu'il y en ait plus d'un, au moins deux qui aient des maux de tête, mais pas qui te ressemblent et qui bras dessus bras dessous vont à la fête... Ceux qui ont les pansements ils restent dans des lits. Y en a qu'un pour se promener... c'est sûr, c'est toi...

NATHANAEL MEREDICK

Aucune psychologie... Ce qu'il y a dans le paquet est de forme allongée... dans un certain sens et plutôt petit dans un autre... qu'elle va faire une drôle de tête... Solange...

NICOLAS DEL MONICO

Tu le dis je te tue.

NATHANAEL MEREDICK

Tu parles, tu parles!

NICOLAS DEL MONICO

Et fais pas de gestes non plus...

NATHANAEL MEREDICK

Je faisais semblant de fumer... C'est pas plus!

NICOLAS DEL MONICO

Et bien c'est pas des manières, je le dis!

NATHANAEL MEREDICK

Sois pas fâché!

NICOLAS DEL MONICO

Tu le diras pas alors?

NATHANAEL MEREDICK

Non...

NICOLAS DEL MONICO

Tu le promets?

NATHANAEL MEREDICK

Oui sûr!

NICOLAS DEL MONICO

Sur qui?

NATHANAEL MEREDICK

Sur la mère...

NICOLAS DEL MONICO

C'est bon... Ça c'est bon...!

 

© Christian Bourgois Editeur, 1990. ISBN 2-267-00890-4

Date de création et distribution de cette pièce

 

Retour page précédente / Retour à la page principale / Retour au début de cette page / Page suivante